Les Naufragés Modernes

Je me retourne déjà
Dans ma tombe pré-construite.
Je me vois déjà
Dans une autre dimension.
J’entends au loin, très loin
Le chant des sirènes.
C’est ça qui me hante,
C’est ce qui me poursuit,
C’est la folie du naufragé,
Celui qui va mourir,
Mais celui qui s’accroche
Et qui coule.
J’en peux plus de couler,
Je sors la tête hors de l’eau
Et j’essaie de m’enfuir,
Je nage à contre-sens,
Mais le courant m’emporte,
Et je coule.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s